Journal de bord des cantines

lun.

09

mai

2011

La table des "s'il te plait"

Lundi 9 mai 2011:

 

En ce jour de rentrée, les enfants sont beaucoup plus calmes qu'avant les vacances. Pendant le repas, six grands d'une table sont particulièrement polis, ils nous disent "merci" à chaque assiette remplie et "s'il te plait" à chaque aliment demandé. Je les félicite de leur politesse et les surnomme: "la table des s'il te plait". Ils sont fiers de leur nouveau surnom. Cela me donne une idée pour le service des petits où les difficultés pour obtenir les mots de politesse sont bien plus importantes qu'avec les grands. Et si à chaque repas, on lançait une sorte de jeu-coucours pour attribuer le titre de "la table des s'il te plait" et "la table des merci" à ceux qui auront été les plus polis? 

 

La phrase du jour: " Il faut que tu viendres avec moi.  " 


 

 

0 commentaires

ven.

15

avril

2011

Plantation

Vendredi 15 avril 2011: 

 

Aujourd'hui, me voilà de retour avec les grands et le projet du conseil d'élève se concrétise. La semaine dernière, le jardinier a expliqué aux enfants qu'il avait enlevé les plantes abimées du massif afin de les remplacer par des nouvelles. Aujourd'hui il a amené ces nouvelles plantes pour les mettre en terre sous les yeux des enfants captivés. Ainsi, les grands peuvent observer les étapes du jadinage. 

 L'agitation des uns et la fatigue des autres animent le repas qui suit. Il est temps que les vacances commencent! 

 

Bonnes vacances à tous! 

 

La phrase du jour: "Quand je serais grande, je serais jardineuse.

 

 

0 commentaires

ven.

08

avril

2011

Un jour sans

Vendredi 8 avril 2011 :

 

  Aujourd’hui, je ne peux malheureusement pas suivre l’évolution du projet du conseil d’élèves puisque je suis nommée au premier service avec les petits. Les enfants sont particulièrement pénibles en ce vendredi et ils me fatiguent.

  Je suis fatiguée par leur manque de politesse et pas nos rappels à l’ordre incessants pour obtenir des merci et des s’il te plait. Le repas du jour propose des fruits en dessert : soit des pommes, soit des bananes. Lorsque je m’approche des tables avec le saladier rempli de morceaux de fruits, je n’ai droit qu’à des : « pomme ! » ou « banane ! » de la part des enfants, jetés comme des ordres sans la moindre politesse. Et me voilà à nouveau obligée de les gronder pour qu’ils me parlent enfin correctement. Que faut-il pour qu’un s’il te plait devienne naturel dans la bouche d’un enfant de 3 ans ?

  Je suis fatiguée devant tout ce gâchis de nourriture. Certains enfants ne mangent que deux cuillères de yaourt, et le reste du pot finit à la poubelle. Sans parler des entrées qu’ils refusent 

parfois même de goûter, des fruits qu’ils demandent en plus mais qu’ils ne finissent pas. Mais que pouvons-nous faire à part leur exprimer notre mécontentement et débarrasser la table malgré tout ?  

Dans la cour, les bagarres et les pleures devancent les jeux et les rires. Nous devons soigner aux moins quatre enfants en une demi-heure à peine ! Décidément, il y a des jours sans…

 

La phrase de jour : « Tu peux me tiendre ma veste ? » 

 

0 commentaires

ven.

01

avril

2011

Le jardinier et les poissons

Vendredi 1er avril 2011: 

 

    Au programme aujourd’hui : suite du projet du conseil d’élèves avec les grands.

Les institutrices ont convié le jardinier au conseil. Nous nous réunissons tous dans la cour, devant le fameux massif abîmé. Les enfants expliquent le problème au jardinier. Ensemble, ils réfléchissent au type de plantes que l’on pourra mettre à la place des arbustes morts. Quelques élèves réclament des fleurs. Le jardinier leur explique qu’elles sont difficiles à entretenir, car elles ont besoin de beaucoup d’eau, surtout en été lorsque l’école est fermée. Et l’eau de pluie ne suffirait pas , contrairement à ce que pensaient les enfants. Ils proposent alors des rosiers et nous apprenons qu’il est interdit d’en mettre dans les cour d’écoles, à cause des épines trop dangereuses. Finalement, ils optent pour des arbustes à fleur moins gourmands en eau.

   Pendant le repas, le bruit devient presque infernal. De plus, les « merci » et les « s’il te plait » sont en option et nous sommes obligés de faire un rappel à l’ordre général. Il faut dire que toutes les conditions sont rassemblées pour que les enfants soient particulièrement excités en ce vendredi : le 1er avril avec les poissons que l’on colle dans le dos des adultes, et le défilé du carnaval qui aura lieu l’après-midi. Mais aucune raison n’excuse le manque de politesse.

   Avant de quitter l’école, je récolte soigneusement les poissons en papier accrochés dans mon dos. La pêche a été bonne de mon côté ; et pour vous ? 

 

 

La phrase du jour : "J'ai un gros narbre dans mon jadrin" 

0 commentaires

lun.

28

mars

2011

Quel gâchis!

Lundi 28 mars 2011: 

 

 

Les petits sont bien pénibles aujourd’hui. Les punitions tombent comme les pétales des arbres fleuris dans la cour.

Le débarrassage du repas envoie une grande quantité de nourriture à la poubelle. Tout ce gaspillage fait mal au cœur, surtout qu’il n’existe aucun moyen de conserver ce surplus de nourriture…

Après manger, la pluie nous retient à l’intérieur. Nous sortons la télévision et les enfants s’enthousiasment devant Frankelin et Oui-Oui. 

 

 

La phrase du jour: "Elle a ouvri les yeux" 


0 commentaires

ven.

25

mars

2011

Le conseil d'élèves

Vendredi 25 mars 2011: 

 

Tous les vendredis, les grands de la cantine se réunissent avec les enseignantes pour ce que l’on appelle «  le conseil d’élèves ». Avant le repas, les élèves sont censés réfléchir sur les problèmes de la cantine. Alors les institutrices leur montrent des petits dessins animés sur le respect, le partage… Pour ma part, je trouve cette pratique intéressante dans l’idée, mais plutôt inadaptée dans les faits. En effet, le conseil se déroule sur le temps de jeu : au lieu de laisser les enfants se défouler dans la cour après une matinée bien chargée, on les enferme une demi-heure de plus dans une classe et on leur demande encore de se tenir tranquilles. Privés du temps de récréation, ils deviennent encore plus agités durant le repas qui suit. De plus, j’ai comme l’impression que les éléments vus en conseil passent complètement au dessus des enfants . La plupart du temps, ils se souviennent à peine de ce qui a été dit la semaine précédente. A quoi bon prolonger le temps scolaire se cela enlève aux enfants les moments de détente sans rien leur apporter d’autre en échange ?

Pourtant un nouveau projet lié au conseil d’élèves est né la semaine dernière. Vendredi dernier, pendant que je m’occupais du repas des petits, les grands du conseil sont allés dans la cour constater avec les enseignantes que l’un des massifs était dans un piteux état. Les plantes sont à moitié mortes, arrachées ou piétinée à cause du passage incessant des enfants qui n’y font pas attention. Ainsi, la première semaine, on observe et on constate le problème. La deuxième semaine, on réfléchit aux solutions pour résoudre le problème. Pendant le conseil d’aujourd’hui, les enseignantes demandent donc aux enfants comment faire pour que ce massif redevienne agréable.

 

Compte rendu : 

Idée n°1 : «  On pourrait mettre un panneau pour dire que c’est interdit de marcher sur les fleurs.

-Mais on sait pas lire !

-Sur le panneau on peut faire un dessin pour nous, et écrire dessous pour que les maîtresses nous le lisent. »  

Idée n°2 : «  Découper des feuilles de papier ou de bois, les peindre et les coller sur les plantes abîmées pour les décorer. »

Idée n°3 : « Mettre des barrières et semer des nouvelles fleurs.

-Mais si les barrières sont trop petites, on pourra sauter par dessus et marcher sur les plantes.

-Des barrières très très hautes alors. »

 

Par l’intermédiaire du conseil, les élèves sont donc directement impliqués dans la vie de l’école, ils sont actifs et développent leur propres idées que les enseignantes essayeront ensuite de mettre en place. Ce nouveau projet semble bien plus enrichissant pour les enfants que les précédents séances du conseil lors desquelles les enfants avaient l’air de se demander ce qu’ils faisaient là. Maintenant, ils débordent d’idées et d’enthousiasme.

 

La phrase du jour : «  Quand j’aurais des enfants, ils resteront jamais jamais à la cantine. »   

 

0 commentaires

lun.

21

mars

2011

En collectivité

Lundi 21 mars 2011: 

 

 Aujourd’hui, les petits sont distraits par les nouvelles affiches décorant les murs de la salle de la cantine. Au lieu de s’occuper de leur assiettes, ils regardent les panneaux présentant les fromages, les légumes, les fruits ou encore les poissons. Et ils nous posent des questions. Ils demandent par exemple que les adultes nomment chaque élément des affiches. Tout comme j’apprécie leur expliquer qu’ « un escargot sans coquille » s’appelle en réalité une limace, j’apprécie leur raconter que l’on sème les petits pois en février pour les manger au mois de mai.

 Dans la cour, nous profitons du soleil pour sortir des jeux aux enfants : trottinettes, motos et vélos s’invitent parmi nous après le reaps. Et les disputes commencent : « je veux une moto et pas une trottinette ». Difficile de satisfaire tout le monde. Bienvenue dans la vie en collectivité. 

 

La phrase du jour: "C'est quand la saison des petits plats? " (il voulait dire: les petits pois). 

0 commentaires

ven.

18

mars

2011

Fuyez, pauvres insectes!

Vendredi 18 mars 2011: 

 

Les arbres de la cour ont fleuri et ils répandent leur parfum sous les nuages de midi. Aujourd'hui, les petits se passionnent pour les insectes qu'ils trouvent dans la cour. Un groupe d'enfants gratte dans la terre à la recherche de gendarmes. Un autre se forme dans un coin de la cour pour observer un ver de terre et une limace. A la moindre découverte, ils viennent me chercher par la main pour que je partage leur curiosité. Ils s'agglutinent en cercle autour de la pauvre petite bête . C'est ce que j'aime chez les enfants: leur capacité à s'émerveiller devant tout ce qu'ils voient. Par contre, je ne comprends pas la loi inévitable qui établi que la durée de vie d'un insecte au sein d'un groupe d'enfants ne dépasse pas les trois minutes. Il y en aura toujours un dans le lot qui prendra un malin plaisir à écraser la bête d'un coup de talon. A cet âge là, les enfants ont-ils réellement conscience de détruire et de tuer une vie minuscule? Est-ce une sorte d'instinct de domination du plus petit que soi qui les pousse à agir ainsi? 

 

La phrase du jour: " Regarde Anaïs, un escargot sans coquille!

0 commentaires

lun.

14

mars

2011

Rentrée

Lundi 14 mars 2011: 

 

Après deux semaines de vacances, je retrouve l'ambiance de l'école avec plaisir. 

Entre collègues de la cantine, on se raconte nos vacances sur un banc au soleil tout en gardant un oeil attentif sur les petits dans la cour. Le rire des enfants, leur sourire avec des dents en moins et leur bêtises m'avaient manqué. 

Le repas se déroule bien. Le repos des vacances a été bénéfique. 

 

La phrase du jour: " Chez moi je mange du pain sec et de l'eau"  (Ses yeux pétillent d'humour. ) 

 

 

0 commentaires

ven.

25

févr.

2011

L'odeur des vacances

Vendredi 25 février 2011: 

 

Dernier jour avant les vacances tant attendues.  Les enfants sont fatigués, énervés, et ils ont effectivement besoin de repos. Je me retrouve (enfin!) au service des grands. Le soleil brille et les enfants peuvent jouer dehors. Certains portent les masques de chat que la cuisinière leur a donné pour le carnaval mardi. Ils ont colorié les masques chacun à leur façon; la cour est envahi de chats gris ou blanc au nez rose, et de tigres oranges. 

Arrivés à la cantine, nous permettons aux enfants de garder leur masques relevés sur la tête. La cuisinière est ravie de les voir revenir avec ses masques coloriés.

 

 La phrase du jour: "La vache c'est un mammifère parce qu'elle pond pas des eufs."

0 commentaires

ven.

18

févr.

2011

Parents débutants

Vendredi 18 février 2011: 

 

Pénibles et agités, les petits n'écoutent rien aujourd'hui. La cantine est bruyante et nous avons du mal à calmer les enfants. Une petite se bouche les oreilles en grimaçant: " y'a trop de bruit" se plaint t-elle tristement. 

De retour à l'école, une enseignante me demande comment s'est passé le repas pour un élève en particulier. Les parents sont en effet inquiets de savoir si leur fils mange bien à la cantine. Ce genre de question est fréquent en début d'année, mais il arrive encore qu'elle soit posée maintenant. Les parents des petits, qui mettent leur premier enfant à l'école, ont parfois du mal à faire la différence entre la crèche et l'école. A la crèche ou chez la nourrice, ils peuvent facilement obtenir une liste détaillée des activités du jour de leur enfant. Mais ils oublient parfois qu'à l'écoles ou à la cantine, les enfants se retrouvent dans des groupes de trente ( et plus ) et qu'il serait compliqué pour les institutrices de donner un compte rendu à chacun des parents à la fin de la journée. 

Par ailleurs, certains parents n'ont pas l'air d'avoir réellement compris quel type de relation entretenir avec les enseignants. Je me rappelle par exemple d'un couple qui avait raconté  ses vacances de Noël en famille dans une sorte de journal intime qu'il avait ensuite donné à la maîtresse de leur fille... Comme si l'institutrice devait connaître en détail la vie privée de chacun des enfants de sa classe... 

Et tout cela me rappelle qu'être enseignant, c'est aussi gérer les relations avec les parents. 

 

 

La phrase du jour: " Ca fait très beaucoup du bien d'aller dans la cour.

 


0 commentaires

lun.

14

févr.

2011

Panique en cuisine

Lundi 14 février 2011:

 

La grippe n'épargne personne, pas même la cuisinière de notre cantine. Elle est donc remplacée à l'arrachée par une jeune femme qui travaille d'habitude dans une cantine dans un établissement pour personnes âgées. Ici, elle n'a bien sûr pas ses repères et nous sentons tout de suite qu'elle n'est pas à l'aise. Et nous la comprenons aisément. La mairie envoie du personnel remplaçant sans se demander  si ses choix sont judicieux.  Notre cuisinière d'un jour laisse brûler les barquettes de nourriture dans le four, c'est la véritable panique à la cantine; nous prenons du retard avec les petits et les grands qui suivent mangent bien plus tard que prévu.

Heureusement que la météo n'est pas trop mauvaise: après ce repas catastrophe, nous pouvons laisser les enfants jouer dehors. Ils sont nerveux et agités, et ils ont donc bien besoin de se défouler!

 

La phrase du jour: " Oui je cours vite parce que j'ai des réacteurs"

0 commentaires

ven.

11

févr.

2011

Tu as le droit de manger du porc

Vendredi 11 février 2011 :

  

La créativité des grands me réserve de bonnes surprises aujourd’hui. M. organise les   saucisses et les pommes de terre dans son assiette avant de m’interpeller : «  Regarde mon Picasso ! ». A la fin du repas, les enfants d’une table se sont organisés spontanément pour m’aider à débarrasser : ils ont rassemblés leur serviette au milieu de la table, un enfant s’est chargé de ramasser les verres , tandis qu’un autre a déjà récupéré toutes les cuillères. 

Par ailleurs, je me pose plusieurs questions à la suite de la cantine d’aujourd’hui. En effet, le repas contenant du porc , nous avons un menu spécial pour les enfants de religion musulmane qui n’en mangent pas. Mais les regards de certains se chargent d’incompréhension. Comment leur expliquer que certains ont droit à des exceptions alors que d’autres doivent manger leur assiette de viande même s’ils nous répètent  désespérément qu’ils n’aiment pas le porc ?  Difficile de leur faire comprendre que nous ne faisons pas de favoritisme .  « Moi non plus je n’aime pas le porc » « Oui mais toi tu as le droit d’en manger, alors finis ton assiette » . Que peut bien vouloir dire « avoir le droit de manger » dans la tête d’un enfant de 4 ans ?

      La phrase du jour : «  Le président de la république il a des grandes oreilles, non ? »

0 commentaires

lun.

07

févr.

2011

"Un moment de plaisir et de détente"?

Lundi 7 février 2011 :

 

Mon contrat d’engagement proposé par la mairie insiste sur le fait que la cantine doit rester « un moment de plaisir et de détente » . C’est peut-être enfin le cas aujourd’hui où les grands ne sont pas nombreux à cause des grippes qui traînent.  Avant le repas, j’emmène un petit groupe à la BCD pendant que l’autre groupe va dessiner dans une classe. Pour une fois, le repas se déroule dans un calme relatif et les « merci » et les « s’il te plait » se font plus courants qu’à l’ordinaire.

      La phrase du jour : Dans la cour, les enfants montent sur les barrières pour s'adosser

aux arbres, et je leur demande de descendre. L'un d'eux me répond "Mais je ramasse des bananes!"

0 commentaires

ven.

04

févr.

2011

Crise de l'autorité en éducation?

Vendredi 4 février 2011 :

 

Aujourd’hui, la cantine avec le premier service me fait penser à une notion vue à la fac. Dans un cours du premier semestre intitulé « Histoire des idées et des courants éducatifs », Philippe Meirieu nous a parlé de la crise de l’autorité en éducation.
 Les petits nous écoutent de moins en moins. Les plus agités sont puni dans un coin depuis longtemps mais cela ne les empêche pas de faire les sots et de continuer à s’agiter.  Le traditionnel concours de la table la plus silencieuse à la fin du repas pour savoir quelle table gagnera le droit de sortir en premier ne marche plus. Nous sommes obligés de crier pour obtenir quelques secondes de calme… Avant de devoir à nouveau hausser la voix…

Et la politesse alors ? Les petits ne prennent jamais la peine de dire « s’il te plait » ou « merci ». A croire qu’à leurs yeux, les surveillants sont là pour satisfaire leur moindre désirs : « Moi, du pain ! ». Les parents  ne leur ont-ils donc pas encore appris les bases de la politesse ?  Bien sûr que si :  lorsque l’on réclame aux enfants « le mot magique », ils  retrouvent tous la mémoire par miracle et savent tous se corriger en rajoutant un « s’il te plait » à leur demande.  Alors  s’ils n’utilisent pas les marques de la politesse, ce n’est décidément pas parce qu’ils ne les connaissent pas encore…
La phrase du jour :« Viens, on court comme des chevals ! »  Les filles s’amusent dans la cour.

0 commentaires