DANS UNE CLASSE DE CE2

Source: Picto
Source: Picto

Pour un projet en cours d' "Approches grammaticales et enseignement de la grammaire" , je suis allée observer une séance de grammaire dans une classe de CE2 à l'école Combe Blance,  avec ma collègue Julie.

Outre la matière nécessaire à l'exposé de grammaire, cette matinée m'aura beaucoup apporté sur le plan personnel. Me retrouver au fond d'une classe me confirme que j'ai hâte de me lancer dans la profession. La manière dont M.Martin enseigne m'inspire et je rêve de lui emprunter des idées pour mener une classe un jour. 

 

 

 

"Vous êtes des sorciers"

Voilà ce que M.Martin répète aux enfants pour leur faire comprendre qu'ils disposent d'outils ( règles de grammaire, de conjugaison et d'orthographe) pour bien écrire. "Vous êtes des sorciers, à vous d'aller chercher les formules dans vos manuels de sorciers." Ainsi, grammaire, conjugaison, et orthographe sont considérés comme faisant partie d'un tout permettant de bien écrire. On ne fait pas de la grammaire seule d'un côté pour faire de la grammaire, mais on travaille des "formules magiques" utiles pour écrire le mieux possible. Et cette vision des choses me semble bien plus cohérente que celle qui consiste à séparer grammaire, orthographe, conjugaison et vocabulaire, comme c'est le cas dans certains nouveaux manuels  de français suivant les programmes officiels de 2008. Comment un enfant peut-il comprendre à quoi sert la grammaire si elle est abordée de manière dissociée des autres matières du français? 

La littérature passe par le livre en son entier

M. Martin n'utilise jamais le manuel scolaire de français, car il considère que travailler sur des extraits de textes empêcherait les enfants de comprendre la littérature. En effet, il préfère leur donner l'objet livre pour leur montrer que la littérature n'est pas scolaire et qu'il ne s'agit pas d'étudier un extrait de texte dans le manuel. Ainsi, il les fait travailler à partir de textes issus d'un livre lu en classe dans son entier. Il me semble encore une fois cohérent de donner aux enfants un accès au livre dans son entier pour les amener à découvir que la littérature est avant tout un livre racontant une histoire, et non un extrait de texte sorti de nulle part sur lequel on travaille des exercices. 

Pour le plaisir d'écrire

Parmi les cahiers des élèves de la classe , on trouve le cahier d'écriture. Sa règle d'or: le maître ne met jamais le nez dedans. Pour une séance d'écriture, le maître propose trois sujets d'expression, et le dernier est toujours un sujet libre. Les enfants ont un quart d'heure pour écrire, puis certains vont lire leur production devant la classe. Le risque du sujet libre reste bien sûr de trouver du "grand n'importe quoi" au moment de la lecture devant les autres: " il était une fois, j'ai coupé la tête de ma grand-mère". Mais cette démarche me parait intéressante, car elle peut donner aux enfants le plaisir d'écrire, sans la pression des fautes d'orthographe. 

"L'atelier philo"

M.Martin a instauré dans sa classe ce qu'il appelle l' "atelier philo". Le vendredi, il inscrit au tableau une question qui peut toucher à tous les sujets. Par exemple: " C'est quoi l'amour"? Il laisse ensuite les enfants réfléchir et s'exprimer librement à l'oral.