Une autre manière d'apprendre

"Une tête bien faite vaut mieux qu'une tête bien pleine ."  MONTAIGNE

Pour commencer, voici une petite vidéo explicative ( en anglais).

       Les cartes mentales ( ou mind map en anglais) permettent d’envisager les savoirs autrement. Avec les cartes mentales, les savoirs ne sont plus des mots perdus au milieu d’autres mots dans une suite de phrases linéaires, mais ils deviennent des notions clé reliées entre elles.

        Réaliser une mind map, c’est synthétiser des informations et les disposer sur le papier non pas de manière linéaire comme on nous l’a toujours appris, mais de manière plus schématique. En effet, avec une carte mentale, on travaille de façon synthétique pour aller à l’essentiel. La mind map est ainsi une construction personnelle qui permet de se réapproprier les savoirs. Pour certains apprenants, elle est plus facile à retenir qu’un paragraphe, car elle fonctionne avec la mémoire visuelle, et surtout, car celui qui l’a produite a déjà effectué un premier travail en mettant en lien les différentes informations.

         Je suis convaincue que les cartes mentales facilitent les apprentissages. J’en suis le premier exemple : depuis que mon chemin a croisé celui des mind map, je les utilise à toutes les sauces, et elles m’ont été d’un grand secours pour mes révisions du premier semestre. Mais il ne s’agit pas seulement de moi et des autres étudiants à qui j’ai parlé de cette méthode ( ma sœur s’enthousiasme sur son mémoire de fin d’étude depuis que je lui ai montré comment réaliser une mind map). Je pense surtout aux enfants et à l’application qu’on pourrait en faire dans les classes. Apportées en complément d’une leçon linéaire, les cartes mentales pourraient devenir une bouée de sauvetage pour les élèves qui se noient dans cet océan de savoirs.