Crise de l'autorité en éducation?

Vendredi 4 février 2011 :

 

Aujourd’hui, la cantine avec le premier service me fait penser à une notion vue à la fac. Dans un cours du premier semestre intitulé « Histoire des idées et des courants éducatifs », Philippe Meirieu nous a parlé de la crise de l’autorité en éducation.
 Les petits nous écoutent de moins en moins. Les plus agités sont puni dans un coin depuis longtemps mais cela ne les empêche pas de faire les sots et de continuer à s’agiter.  Le traditionnel concours de la table la plus silencieuse à la fin du repas pour savoir quelle table gagnera le droit de sortir en premier ne marche plus. Nous sommes obligés de crier pour obtenir quelques secondes de calme… Avant de devoir à nouveau hausser la voix…

Et la politesse alors ? Les petits ne prennent jamais la peine de dire « s’il te plait » ou « merci ». A croire qu’à leurs yeux, les surveillants sont là pour satisfaire leur moindre désirs : « Moi, du pain ! ». Les parents  ne leur ont-ils donc pas encore appris les bases de la politesse ?  Bien sûr que si :  lorsque l’on réclame aux enfants « le mot magique », ils  retrouvent tous la mémoire par miracle et savent tous se corriger en rajoutant un « s’il te plait » à leur demande.  Alors  s’ils n’utilisent pas les marques de la politesse, ce n’est décidément pas parce qu’ils ne les connaissent pas encore…
La phrase du jour :« Viens, on court comme des chevals ! »  Les filles s’amusent dans la cour.

Écrire commentaire

Commentaires : 0